0.00 0
Panier

Votre panier est vide.

Comment surmonter l’Anxiété d’un Enfant ayant une Déficience Intellectuelle

Catégories

Retrouvez-nour sur les réseaux

little girl, wildflowers, meadow

Les enfants et les adolescents ayant une déficience intellectuelle courent un risque plus élevé d’anxiété que leurs pairs non handicapés. Cela peut avoir un impact sur leur capacité à nouer des amitiés, à apprendre à l’école et même à subir des procédures médicales.

Les parents ont souvent du mal à reconnaître les comportements anxieux de leur enfant et à y réagir. C’est un problème qu’il faut résoudre.

1. Peur de l’échec

La peur de l’échec est la forme la plus courante d’anxiété, et elle peut avoir un impact sur tous les aspects de la vie d’une personne. Les personnes qui ont peur d’échouer croient souvent qu’elles seront perçues négativement et qu’elles ne seront pas acceptées par les autres. Ces croyances peuvent avoir été façonnées par des expériences d’enfance ou un manque de confiance en soi. Malgré leurs craintes, les personnes ayant une déficience intellectuelle peuvent surmonter leur peur de l’échec.

La peur de l’échec peut être abordée en apprenant à formuler une situation différemment. Les gens peuvent également apprendre à penser plus positivement à leurs capacités en cultivant un « état d’esprit de croissance », qui est un point de vue qui soutient la croissance et le développement même face à l’échec. Il est important de se rappeler que l’échec peut conduire à de nouvelles informations, compétences et stratégies.

De plus, les personnes handicapées devraient être encouragées à essayer de nouvelles choses et à prendre des risques dans un environnement sûr. Il s’agit d’une étape importante pour surmonter leur peur de l’échec. Les médicaments peuvent également aider à gérer les sentiments d’anxiété. Il s’agit notamment d’antidépresseurs tels que les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine (ISRS) et de benzodiazépines, telles que Xanax ou Ativan.

L’émergence de peurs d’évaluation sociale chez les adolescents présentant un retard mental est une constatation importante qui devrait être prise en considération par les enseignants, les psychologues et les parents. Il est essentiel de fournir des ressources et de la formation qui peuvent aider à identifier les symptômes d’anxiété chez les personnes ayant une déficience intellectuelle.

Lire   Reconnaître un enfant à haut potentiel intellectuel (HPI) - Signes et caractéristiques

2. Peur du changement

Souvent, les enfants ayant une déficience intellectuelle deviennent anxieux lorsqu’ils font l’expérience d’un changement. Par exemple, ils peuvent se sentir mal à l’aise avec un nouvel enseignant à l’école ou lorsque leur routine est perturbée par un événement tel que des vacances ou un voyage en famille. De plus, un enfant peut avoir de la difficulté avec les transitions telles que le déménagement dans une nouvelle maison ou l’abandon d’un animal de compagnie. Dans ces situations, il est important de parler à un professionnel de la santé mentale des moyens de gérer la peur du changement.

Malgré le risque élevé d’anxiété dans cette population, très peu de recherches ont été menées sur la reconnaissance parentale et la réponse à cette condition. Par conséquent, les études futures devraient explorer le point de vue des parents sur l’anxiété et son impact sur ce groupe d’enfants.

La peur du changement peut entraîner des sentiments tels que l’irritabilité et l’agressivité, des troubles du sommeil et une perte d’intérêt pour les activités. Cela peut également amener une personne à se retirer des autres et à s’isoler. Il est essentiel d’aider un enfant ayant une déficience intellectuelle à surmonter sa peur du changement en l’encourageant à essayer de nouvelles choses et à demander du soutien à des amis et à des membres de la famille en qui il a confiance.

La métathésiophobie est un type courant d’anxiété qui peut être traité avec différentes méthodes, notamment la psychothérapie, les techniques de relaxation et les médicaments. L’hypnothérapie est une approche particulièrement efficace car elle permet aux gens de localiser la source de leurs peurs et de travailler à les surmonter.

Lire   Identifier Un Enfant Zèbre

3. Peur de la perte

Apprendre que votre enfant a un handicap peut être aussi choquant que d’apprendre le décès d’un être cher. Les parents peuvent éprouver des sentiments de choc, d’incrédulité, de chagrin, de peur et de désespoir. L’apparition de ces sentiments peut être déclenchée par des nouvelles sur la santé de votre enfant, une visite chez son médecin, une réunion scolaire ou même des conversations dans la communauté.

La peur de la perte peut également être déclenchée par le fait de savoir que l’état de votre enfant est progressif et qu’il s’aggravera avec le temps. Cela peut également être déclenché par le fait de savoir que certaines personnes ne comprendront pas ou ne traiteront pas votre enfant de la manière que vous aimeriez. Cela peut vous amener à vous inquiéter de la façon dont vous vous occuperez de votre enfant à l’avenir et de la façon dont vous ferez face aux sorties publiques, à l’école et à d’autres aspects de la vie.

Il est important de parler de ces préoccupations avec d’autres personnes, en particulier avec les membres de votre famille qui vous soutiendront. C’est aussi une bonne idée d’essayer de comprendre ce que ressentent les autres lorsqu’ils voient votre enfant handicapé.

Bien qu’il soit normal de se sentir triste et en colère à propos du diagnostic de votre enfant, vous blâmer ou penser que vous auriez pu l’éviter n’aide pas. La colère mène souvent à l’isolement de votre enfant ou de votre famille et peut créer des réunions tendues et difficiles dans le cadre du Plan d’enseignement individualisé (PEI).

Lire   Formation en Naturopathie Pédiatrique - Apprendre les Outils et Techniques pour Accompagner le Bien-être de l'Enfant

4. Peur d’une évaluation négative

Les enfants ayant une déficience intellectuelle peuvent se sentir anxieux à l’idée d’être jugés par les autres. Cela peut être dû au fait qu’ils ont de la difficulté à s’exprimer verbalement ou à la façon dont leur handicap affecte leur comportement. Il est important de les aider à comprendre qu’il est normal de s’inquiéter de ce que les gens pensent d’eux et de leur rappeler qu’ils obtiendront très probablement des commentaires positifs s’ils font quelque chose de bien.

La recherche a montré que la peur d’une évaluation négative est associée à l’anxiété sociale et à la dépression chez les adultes. Il a également été constaté qu’il avait un effet négatif sur la satisfaction de la vie via les états affectifs. Par exemple, les personnes ayant un niveau élevé d’ENF ont besoin de plus de temps pour se remettre d’une déception que celles qui n’ont pas un niveau élevé d’ENF (Levinson et coll., 2013).

L’anxiété chez une personne ayant une déficience intellectuelle est courante et peut survenir pour de nombreuses raisons différentes. Il peut s’agir de changements environnementaux, de problèmes sensoriels ou d’une condition médicale comme l’asthme. Il peut être difficile pour les familles de reconnaître l’anxiété de leur enfant, mais il est essentiel qu’elles le fassent. Il est également crucial qu’ils soutiennent leur enfant dans la gestion des symptômes d’intériorisation de l’anxiété, afin qu’ils n’aient pas d’impact négatif sur sa vie familiale. Il s’agit d’une tâche très difficile, et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour nous aider à comprendre comment reconnaître et répondre à l’anxiété chez les personnes ayant une déficience intellectuelle.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Subscription Form
    les fees des lys
    Les fées des lys, accompagnement des enfants HPI
    Copyright © 2023 feesdeslys.com. all rights reserved.